vendredi 24 janvier 2014

PME ET EMERGENCE ECONOMIQUE DU SENEGAL

La priorité de relance de l’économie sénégalaise a toujours été le soutien des ‘grandes entreprises’. Des sommes colossales ont été dépensées ces trente dernières années pour en faire des leviers de croissance de l’économie sénégalaise mais la plupart des programmes ont connu des résultats assez mitigés  parce que d’une part ils n'ont pas de systèmes intégrés ; d’autre part dans la plupart des cas ces programmes mettent en place d’énormes ressources sans en assurer l’utilisation efficiente (en termes de management) ce qui somme toute est un énorme gâchis…
Il paraît difficile de vouloir relancer l’économie sénégalaise en mettant entre parenthèse les PME. La performance du secteur des PME n'est pas seulement vitale pour des raisons économiques, mais aussi une exigence rationnelle de la stabilité politique et la viabilité économique. Les PME apparaissent aujourd'hui comme des acteurs importants de la croissance économique. Elles constituent un levier essentiel de lutte contre la précarité, le chômage et le sous emploi.
Il s'avère nécessaire de placer la problématique de la compétitivité au cœur de la stratégie de promotion et de développement des PME. Cette promotion des PME doit permettre de corriger le contraste entre l'importance numérique des PME (90% des entreprises au Sénégal) et le niveau de leur contribution dans l'économie nationale, notamment dans la création d'emplois (30%), la constitution du chiffre d'affaires (25%), et la valeur ajoutée nationale (20%).
Cette promotion doit viser à favoriser la mise en place des conditions d'atteinte des objectifs de croissance soutenue, de création de richesses, d'emplois, de lutte contre la pauvreté. Quelques recommandations
§  Moins de 1% des PME sont immatriculées, il convient de mettre en place un système d'information dont l'une des principales fonctions serait de permettre la collecte, le traitement et la diffusion des données et informations relatives aux PME à partir des politiques sectorielles, des stratégies nationales, des différents programmes et projets spécifiques
§  Identifier les contraintes qui affectent plus le développement des PME et en tenir compte dans la définition des mesures d'amélioration du climat des affaires s'avère nécessaire. Il s'agit donc de créer un environnement des affaires favorable au développement des PME pour une croissance soutenue et une réduction accrue de la pauvreté.
§  L’accès au financement, est un élément important dans la compétitivité des PME. La mise en place de fonds de garantie par l’état pourrait être une alternative  tout comme la mise en place de programme de labellisation des comptes de PME pour faciliter l’accès au financement.

CHANGER DE PARADIGMES 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire