lundi 3 novembre 2014

CONSULTANT : AVEZ VOUS LE BON PROFIL ?

Plus de hiérarchie, plus d’horaires imposés, plus de choix stratégiques auxquels on ne croit pas, plus de stress dans les période de préparation de ‘business review meetings’… devenir consultant est un rêve pour la plupart des cadres expérimentés qui souhaitent échapper aux pesanteurs des entreprises structures pour rebondir : qu’il s’agisse d’une activité à long terme ou de transition, le métier de consultant est un bon choix pour rester autonome.


Cependant, le futur consultant doit se préparer psychologiquement et matériellement, la préparation psychologique n’étant pas des moindres. Il faut apprendre à repenser sa carrière, accepter la remise en cause et identifier ce qui a un véritable sens. Il faut également investir dans la dimension personnelle pour retrouver un nouveau système de valeurs, des repères, des stimulants qui aident à accepter un nouveau modèle de carrière : faire   le   deuil   du modèle hiérarchisé où les grades et les effectifs   encadrés sont gages d’un statut et de façon induite d’une reconnaissance sociale.
A moins d'être assez connu et reconnu ou d'avoir quitté récemment une entreprise prestigieuse, il est indispensable de se faire recommander pour constituer son portefeuille de clients.  Le consultant doit consacrer une large part de son énergie à le tisser : recontacter d'anciens collègues, multiplier les opportunités de rencontrer de nouvelles personnes, favoriser le bouche-à-oreille. Les relations (et les clients satisfaits) sont les meilleurs prescripteurs
Le consultant est en général perçu comme étant une personne forte d’une riche expérience professionnelle. Le principe étant qu’un conseil ne peut être donné que par une personne ayant vécu ou maitriser une situation comparable. La première problématique pour le candidat qui envisage de se lancer dans la consultation est : est-il forcément nécessaire de posséder une expérience professionnelle avant de se mettre à son compte ? Faut-il sortir d’une grande école pour devenir consultant ?
Le consultant doit posséder une spécialisation professionnelle, une formation pluridisciplinaire est par contre assez importante. En effet une sensibilisation aux disciplines connexes à la spécialisation du consultant favorise une meilleure vue d’ensemble d’un problème organisationnel. Il n’existe pas de profil type d’un consultant… mais il est aisé d’en dessiner les contours sur la base des pratiques et des attentes des clients.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire